Home page of The Cochrane Collaboration

Canadian Cochrane Centre

Consommateurs

La collaboration des consommateurs du système de santé constitue une contribution importante à la Collaboration et aux revues Cochrane. En effet, deux des dix principes de la Collaboration Cochrane consistent à : miser sur l’enthousiasme des individus et à favoriser une large participation. Nous encourageons donc les patients (personnes qui reçoivent des soins de santé) à prendre part aux activités Cochrane et nous vous invitons à devenir membre du réseau de consommateurs Cochrane CC Net.


Consommateurs au Canada

La communauté canadienne des consommateurs est en pleine expansion. Certains Groupes de revue Cochrane établis au Canada travaillent activement auprès des consommateurs du système de santé [groupe d'étude sur les troubles musculosquelettiques, groupe d’étude sur les maladies inflammatoires du tube digestif]. Nous voulons une participation accrue des consommateurs appartenant à diverses organisations de patients.


Que puis-je faire ?

Votre participation à Cochrane peut prendre diverses formes !

 •  identifier les sujets de revues systématiques possibles
 •  commenter sur les protocoles de revues et les revues systématiques
 •  dépouiller des revues spécialisées afin de trouver des recherches pertinentes
 •  rédiger des résumés en langage simple
 •  disséminer les résultats des revues aux personnes et utilisateurs non spécialisées
 •  sensibiliser la communauté non scientifique sur l’importance des revues
     systématiques


Branchez-vous !

  • Ateliers et guides d’orientation : Rencontrez d’autres consommateurs au Canada qui contribuent à Cochrane. Des ateliers et des guides d'orientation sur Cochrane sont offerts par l’entremise du Centre. Nous pouvons aussi soutenir vos activités Cochrane de manière continuelle. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez communiquez avec Eileen Vilis, courtière du savoir à cochrane@uottawa.ca.
  • Devenez membre du réseau de consommateurs Cochrane CCNet
  • Inscrivez-vous sur la liste internationale de diffusion ; courriel ccnet-contact@cochrane.de

Ressources à l’intention des utilisateurs des soins de santé


Vos histoires

Les travaux des auteurs des revues de la Collaboration Cochrane aident les gens à prendre des décisions éclairées et, nous l’espérons, à améliorer leur santé.

Nous présentons ci-après les histoires de personnes dans la vie desquelles les revues systématiques Cochrane ont eu une réelle influence.


L'Histoire de Louise

Ma fille, Jennifer, souffre d’une dysfonction de l’articulation temporomandibulaire (ATM) et notre dentiste l’a envoyée à un orthodontiste spécialiste de l’ATM. Celui-ci nous a fait valoir que le port d’un appareil orthodontique règlerait le problème. J’hésitais beaucoup à consentir parce qu’il s’agit d’un traitement invasif qui s’échelonne sur plusieurs années. Sans compter qu’il est très coûteux. 

Ayant assisté à un atelier organisé par la Collaboration Cochrane à l’intention des consommateurs, je savais que La Bibliothèque Cochrane contenait de l’information sur les données probantes les plus concluantes en matière de santé. J’ai donc décidé de consulter La Bibliothèque Cochrane et je suis heureuse d’y avoir trouvé quelques revues systématiques sur le traitement de l’ATM. La lecture de ces revues m’a convaincue que ce traitement ne serait pas bénéfique à ma fille et qu’il pouvait même, dans une certaine mesure, causer de nouveaux problèmes. On imagine quel a été mon soulagement après la consultation de ces revues alors que quelques jours auparavant, je n’étais au courant ni de l’information ni des données probantes nécessaires pour prendre une décision éclairée.

Ma fille a ainsi évité un traitement qui aurait pu aggraver la situation et qui aurait été très onéreux. C’est grâce aux données probantes exposées dans la revue systématique que j’ai consultée que j’ai pu prendre, en toute connaissance de cause, une décision judicieuse en matière de santé. Je suis heureuse d’avoir pu prendre une décision aussi pertinente et d’avoir pu retrouver ma tranquillité d’esprit.

Louise Bergeron
Montreal


L'Histoire de Kathleen

Juillet 2008 – Mon père a été transféré d’un centre d’hébergement de Pembroke à Ottawa lorsque mes parents ont vendu leur maison et ma mère est venue habiter chez moi pour être plus près de son mari et de ses enfants. Il a vu un nouveau médecin, qui a fait une nouvelle évaluation de son état de santé et prescrit de la dopamine au lieu de la lévodopa. Ma mère était inquiète, estimant que la dernière évaluation avait été faite de façon expéditive et qu’on avait changé le médicament sans vraiment connaître mon père et toutes les facettes de son état de santé.

Pendant quelques mois, je n’ai prêté qu’une oreille distraite à ses inquiétudes. Puis, Cheryl Aratoon, courtière du savoir au RCCC, m’a fait parvenir le lien menant à La Bibliothèque Cochrane et je me suis amusée un soir ou deux à visiter divers sites pour finir par chercher de l’information sur la maladie de mon père.

La revue Cochrane de mai 2008 contenait une étude sur les agonistes de la dopamine dans la prise en charge la maladie de Parkinson (Dopamine agonist therapy in early Parkinson’s disease) qui présentait une analyse succincte de la dopamine. J’ai demandé à ma mère de s’installer avec moi à l’ordinateur et nous avons toutes deux examiné les conclusions de La Bibliothèque Cochrane. Apparemment, c’est la seule vérification dont elle avait besoin pour apaiser ses inquiétudes au sujet du changement de médicament. Elle s’est levée rapidement et s’est rendue à la cuisine.

L’entendant remuer les chaudrons, je me précipite pour voir ce qu’elle fait. Mixette à la main, elle s’apprêtait à cuisiner. À 8 heures du soir ! Presque l’heure de dormir pour elle. Que se passe-t-il ? (lui ai-je demandé, je pense, mais je ne me souviens plus très bien.) « Je fais des muffins au son pour ton père », dit-elle simplement. Ajoutant : « N’as-tu pas lu dans la revue Cochrane quels sont les effets secondaires de la dopamine ? La constipation en est un et mon trésor n’a pas à souffrir de ça en plus du reste ! »

Avril 2009 – Tout va bien. L’état de mon père est satisfaisant, ma mère le voit tous les jours et ses enfants sont heureux de savoir leurs parents près l’un de l’autre. Ma mère est convaincue que l’harmonie règne dans l’univers et mon père accepte un muffin au son chaque fois qu’on lui en offre.

Tous mes remerciements à La Bibliothèque Cochrane.

Kathleen Feres Patry


L'Autre Histoire de Kathleen

Une revue de la Collaboration Cochrane sur la lutte contre les acariens de la poussière de maison dans la prise en charge de l’asthme (House dust mite control measures for asthma) a retenu mon attention. Cette étude a suscité mon intérêt d’autant plus que j’étais récemment devenue asthmatique et que ma mère aussi souffre d’asthme. Depuis son installation chez moi, ma mère, âgée de 75 ans, armée d’une vadrouille, de chiffons et d’un porte-poussières ne cesse de balayer, d’épousseter, de nettoyer – spectacle déconcertant pour moi qui ne suis pas malpropre, mais juste un peu paresseuse quand il s’agit de travaux ménagers.

À quelque chose malheur est bon ! L’article était on ne peut plus limpide et ma mère a lu à voix haute le résumé en langage clair :

Lutte contre les acariens de la poussière de maison dans la prise en charge de l’asthme

Les principaux allergènes contenus dans la poussière de maison proviennent des acariens et de leurs déjections. Les produits chimiques et les procédés physiques visant à réduire la concentration d’allergènes dans les acariens sont censés diminuer les symptômes de l’asthme chez les personnes sensibles aux acariens de la poussière de maison. L’étude ne permet pas de conclure que ces mesures de lutte entraînent la réduction de l’exposition aux acariens ou à leurs déjections.

Me voilà parfaitement à l’aise et le remue-ménage bien intentionné de ma mère ne me dérange pas. Quant à elle, tout va bien. Une fois de plus, merci à La Bibliothèque Cochrane pour ses revues et ses résumés rédigés en langage simple, si faciles à comprendre par les profanes, y compris les mères qui prennent de l’âge.

Kathleen Feres Patry


Page last updated: Thu 5th Jul 2012 17:43:18 CEST

Share on:

Share this